Quelles sont les principales causes du suicide en France ?

En France, environ 10 000 personnes se suicident par an, soit 25 par jour. C’est un chiffre impressionnant, d’autant que le suicide représente en effet la première cause de mortalité chez les hommes de 25 à 35 ans, et la deuxième chez les hommes de 16 à 24 ans. On a pu observer, grâce à de nombreuses études, que les taux de suicide en France variaient selon le sexe, selon l’âge, selon les régions, selon le niveau socio-professionnel et selon bien d’autres critères encore. Quant aux causes, les questions se multiplient ; sont-elles aussi diverses ? 

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/02/09/six-chiffres-cles-pour-comprendre-le-suicide-en-france_4861662_4355770.html

 L’isolement, la première cause de suicide en France

Selon l’Observatoire National de la Santé (ONS), (https://www.vie-publique.fr/sites/default/files/rapport/pdf/164000091.pdf), l’isolement et la solitude sont en effet en tête des raisons pour lesquelles 25 personnes mettent fin à leur vie chaque jour.  

Isolement et solitude ne sont cependant pas à confondre : la solitude constitue le ressenti d’un individu sans compagnie, tandis que l’isolement social est une réelle situation de rejet par autrui. Ce rejet peut être motivé par une divergence de points de vue et des conflits répétés avec autrui, mais il peut aussi être la conséquence de choix de vie (déménagement, vivre seul…). De ce fait, il a été observé que les idées suicidaires intervenaient le plus dans la tranche d’âge de 45 à 50 ans, un âge où l’on ne fait plus beaucoup de rencontres sociales, où l’on avance plus énormément dans son travail, où les enfants (quand on en a) sont (généralement) partis de la maison. De plus, selon l’INSEE (https://www.insee.fr/fr/statistiques/3303338?sommaire=3353488), l’âge moyen où les Français divorcent est de 44 ans. Pour beaucoup de personnes, cette tranche d’âge 45-50 ans est donc particulièrement difficile, et une multitude de facteurs pousse un grand nombre d’individus à l’isolement.  

Comment agir ?

Pour essayer de prévenir cet isolement, et d’y remédier dans la mesure du possible, de nombreuses associations d’écoute, comme la plus connue : SOS Amitié, ont été créées. À l’image de SOS Amitié, ces lignes disposent de bénévoles, qui écoutent de façon anonyme et (la plupart du temps, selon les associations) gratuite, les sujets qui appellent. Ces associations d’écoute ont pour but d’entendre l’appel à l’aide de personnes malheureuses ou demandeuses de temps, d’éventuellement les aider à affronter leurs problèmes et à garder une forme d’envie de vivre. C’est une tâche complexe, mais qui participe très certainement à une amélioration de la situation, puisque les taux de suicide ont baissé de 26% entre 2003 et 2014. On ne peut évidemment pas attribuer toute cette baisse aux associations d’écoute, mais on peut supposer qu’elles constituent un réel recours pour les personnes dépressives, isolées et en manque de contact humain.

Partager cet article

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Autres Actualités